Certifications E.S.E

Certifications E.S.E

“Il Consorzio E.S.E. precisa che le modifiche apportate a quanto pubblicato in precedenza sono state richieste dal C.I.C. (Consorzio Italiano Compostatori)”, in relazione ad eventi a loro accaduti nel corso del 2013, non correlati all’attività svolta per il Consorzio E.S.E., ma che ne hanno pregiudicato il risultato finale.”

La certification de conformité au standard E.S.E.

Le Consortium E.S.E. a pour obligation d’effectuer les contrôles de conformité des produits que les entreprises membres entendent certifier afin que la marque E.S.E. soit correctement utilisée, exerce efficacement sa fonction de garantie de qualité et n’induise jamais en erreur le public.

Pour procéder aux contrôles, le Consortium se prévaut de son équipe – les inspecteurs du consortium – et d’organismes qualifiés, extérieurs et indépendants (voir plus loin le profil SGS).
Le processus de certification se base sur les paramètres de contrôle du produit et de gestion du processus de production définis par le Consortium E.S.E. et a lieu auprès des unités de production de tous les membres, dans les délais convenus avec le Consortium.

La vérification du respect et de l’application des techniques spécifiques prévues par le standard E.S.E. est faite au cours du processus de certification; dans le cas des dosettes en papier, il s’agit de spécifications géométriques, chimiques-physiques, sensorielles, fonctionnelles et documentées; dans le cas des machines à espresso il s’agit de spécifications concernant la température, le volume, la pression, l’épaisseur de la crème, outre les spécifications sensorielles, fonctionnelles et documentées; enfin, pour les machines à dosettes, les spécifications concernent les dosettes obtenues.

Profil d’SGS

Le Consortium a confié à SGS l’exécution des contrôles de conformité au standard E.S.E. des produits de ses membres. Fondée en 1878, SGS figure à l’heure actuelle parmi les leaders mondiaux dans les services d’inspection, analyse, vérification, essais et certification de biens, services et systèmes.

SGS emploie 32.000 personnes et compte sur un réseau de 1.200 bureaux et laboratoires dans le monde entier.
En Italie, où elle opère depuis 1915, elle emploie plus de 500 personnes entre employés, consultants et professionnels extérieurs; SGS agit en organisme indépendant d’inspection et de vérification. Elle est structurée sur 8 lignes d’activités/services:

  • Agriculture;
  • Minerais;
  • Pétrole et chimie;
  • Industrie;
  • Environnement;
  • Essais pour la consommation;
  • Certification de systèmes et services;
  • Assurance commerciale.

Site web SGS

La certification de compostabilité

La dosette de café en papier standard E.S.E. (Easy Serving Espresso) a entamé les démarches nécessaires à obtenir la certification de compostabilité et biodégradabilité en automne 2010.

Les résultats positifs des essais préliminaires de désintégration et biodégradabilité permettent enfin au Consortium d’aborder le programme de certification de compostabilité proprement dit.

La conclusion du parcours est prévue pour le mois de septembre 2012, lorsque sera confirmée la possibilité d’éliminer la dosette de café en papier standard E.S.E. avec l’ensemble des ordures ménagères humides.
La norme de référence est celle prévue pour l’élimination des emballages: UNI EN 13432:2002.

Du fait que l’UNI EN 13432:2002 ne prend pas en considération les “produits manufacturés composites” (conformément à la définition de la dosette en papier, composée d’un « contenu » à savoir 7 grammes de café moulu et de deux feuilles de papier-filtre qui le retiennent et l’enferment), le Consortium E.S.E. a demandé et obtenu la mise en place d’une “certification volontaire pour le produit manufacturé dosette de café en papier”.

La certification volontaire aura initialement une validité européenne. L’objectif étant toutefois une extension internationale.

Le processus vers la certification de compostabilité a suivi pas à pas.

Station Expérimentale Papier, Carton et Pâte à papier (SSCCP)

Pour les essais préliminaires de biodégradabilité

On entend par biodégradabilité la détermination du pourcentage de minéralisation et de la biodégradabilité d’un produit en compost mûr.
Pour confirmer le bon résultat de l’essai de biodégradabilité, le processus sur le produit devra être indiqué par une courbe exprimant une moyenne de 90%, dans un espace de temps maximum de 180 jours (deux cycles de 90 jours chacun).
L’essai pour la détermination de la biodégradabilité d’un produit – uni à l’essais de désintégration – permet d’en déterminer la compostabilité.
Au cours de la phase initiale de l’essai sur les dosettes de café en papier E.S.E., l’évolution de la courbe de biodégradabilité indiquait une bonne performance dans la moyenne des paramètres.
Le 140ème jour (90 + 50) la courbe de biodégradabilité indiquait le résultat de 87% et confirmait la biodégradabilité de la dosette en papier standard E.S.E.

Organic Waste System (OWS)

Pour le ring-test (répétition des essais croisés)

L’issue positive des essais préliminaires décrits ci-avant n’a pas convaincu tous les membres torréfacteurs du Consortium E.S.E. qui ont préféré procéder à des vérifications et à des approfondissements croisés à travers un ring-test.

Pour croiser avec une certitude absolue les résultats des essais effectués sur l’échantillonnage de dosettes de café en papier E.S.E. par le Consortium Italien des Compostateurs avec les résultats obtenus par l’Organic Waste System (OWS) en Belgique sur le même échantillonnage de dosettes E.S.E., il a été procédé à reprendre tous les essais en échangeant l’échantillonnage entre C.I.C. et OWS.
L’exécution du ring-test s’est conclue par des résultats positifs documentés par les deux certificateurs.

Certiquality

Pour la création de la norme pilote et l’accès à la certification de compostabilité

Comme nous l’avons précisé dans le “Préambule”, il est une seule norme de référence pour l’élimination des emballages : la norme UNI EN 13432:2002.

Il se trouve que celle-ci ne peut prendre en considération que le papier qui enveloppe le café de la dosette E.S.E. comme un emballage (présence de polypropylène supérieure à 25%). Elle ne prévoit pas la définition d’un produit/produit manufacturé complet et indépendant comme la dosette de café E.S.E. (composée de café moulu et de papier-filtre alimentaire qui le contient et qui le conditionne). Dans ce dernier cas, la limite maximum de polypropylène admise par la norme est de 1%.

Vu que l’UNI EN 13432:2002 ne prend pas en considération les “produits manufacturés composites” (v. “Préambule”), le Consortium E.S.E. a présenté à C.I.C. et à Certiquality, vers la fin de 2011, la demande officielle de créer une “certification volontaire pour le produit manufacturé dosette de café en papier”, tout en maintenant inchangés tous les préceptes exigés par la norme unique de référence.

Entre début janvier et avril 2012, C.I.C. et Certiquality ont travaillé à l’évaluation des conditions requises pour le “produit manufacturé compostable” E.S.E. et à l’élaboration du Document Technique (DT).

Le mois d’avril 2012, le Consortium a obtenu l’autorisation des deux organismes de certification impliqués qui ont confirmé la possibilité de mettre sur pied une “norme pilote” sur l’élimination du “produit manufacturé compostable” E.S.E. auquel appartient la dosette de café en papier E.S.E., une attention particulière étant réservée au traitement du polyéthylène.

Profil de Certiquality

La dosette de café en papier standard E.S.E. sur la voie de la certification de compostabilité

La dosette de café en papier standard E.S.E. (Easy Serving Espresso) : le premier produit alimentaire compostable

Le Consortium E.S.E. a entamé la procédure nécessaire à obtenir la certification de compostabilité et biodégradabilité.
La dosette de café en papier standard E.S.E. pourra être éliminée avec les ordures ménagères humides.

Paris, le 16 mai 2012 – Milan, le 17 mai 2012. Le Consortium E.S.E. annonce le parcours vers la certification de compostabilité de la dosette de papier E.S.E., en fait le premier produit alimentaire compostable de grande diffusion. Il relate comment il a été possible d’accéder à la certification de la dosette en papier standard E.S.E.
“Ce ne fut pas simple. Même s’il pouvait sembler presque “naturel”- dans le marché des cafés espresso en pods – de compter sur la compostabilité de la dosette en papier”, précise Roberto Morelli, Président du Consortium E.S.E. et Directeur des Projets de Global Marketing d’illycafé – “il a fallu pratiquement trois années d’analyses et d’essais pour affirmer la compostabilité et la biodégradabilité de la dosette E.S.E. et pour réussir à annoncer à ce jour la création d’une norme pilote qui permette la certification volontaire de compostabilité de la dosette de café partout en Europe ”.

D’une manière générale, lorsqu’elles sont présentes, les certifications de compostabilité se réfèrent à des productions limitées, de préférence du “non-alimentaire”, notamment brosses à dents, couches, assiettes et couverts, sacs, conteneurs et naturellement les emballages en matériel à base biologique, totalement recyclable et renouvelable. Or, même si le terme “compostable” n’est pas encore entré dans le langage courant des consommateur, dans certains cas il est déjà utilisé pour définir des produits, des processus ou des initiatives qui, la plupart du temps, n’ont rien à voir avec la certification proprement dite.
L’histoire que veut nous transmettre le Consortium E.S.E. découle, entre autres choses, du fait de s’être trouvé face à face avec la seule norme de référence sur l’élimination, l’UNI EN 13432:200, qui n’envisage et ne régit que les emballages. Vu que l’UNI EN 13432:2002 ne tient pas en compte les “produits manufacturés composites” (comme est définie la dosette en papier, composée d’un “contenu” à savoir les 7 grammes de café moulu et de deux feuilles de papier-filtre qui le retiennent et l’enferment), le Consortium E.S.E. a demandé et obtenu la création d’une “certification volontaire pour le produit manufacturé qu’est la dosette de café en papier”.
“Prévoir de nouvelles applications des normes, tout en maintenant inchangés leurs préceptes, peut contribuer à anticiper les exigences et les demandes des marchés – ajoute Luca Bardi, Directeur des inspections et de la Certification des produits de Certiquality – “car, à coup sûr, les “produits manufacturés compostables” à éliminer – et la dosette de café en papier n’en est qu’un exemple – auront une diffusion sans cesse plus grande.

Le Consortium E.S.E. est un univers précompétitif international (il couvre le monde entier, de l’Europe au Japon en passant par les Amériques) qui voit opérer, réunis, d’importants torréfacteurs qui s’intègrent aux grands producteurs de machines à espresso et de machines à dosettes. Les membres du Consortium sont des entreprises concurrentes entre elles, à vocations différentes mais unies par un objectif commun : continuer à développer un marché qui, unique dans le monde de l’alimentaire, s’est accru à l’infini tant pour ce qui est des dosettes de café que pour les machines à espresso.
“Aujourd’hui, il est permis de dire que le standard E.S.E. (ou les formats E.S.E.-compatibles) est le café en dose le plus répandu dans le monde. Et – dans l’offre on ne peut plus variée des systèmes de préparation de l’espresso – celui qui répond le plus naturellement aux attentes émergentes d’éco-durabilité”, conclut le Président Roberto Morelli. “Il s’agit d’une valeur supplémentaire que nous offrons aux consommateurs qui, comme cela s’est toujours produit pour le choix entre systèmes fermés à capsules et le système ouvert à dosettes en papier E.S.E., choisiront l’option correspondant le mieux à leurs goûts et à leurs styles de vie”.

Le Consortium pour le Développement et la Protection du Standard E.S.E. (Easy Serving Espresso)(*) est le seul organisme au monde à voir l’intégration verticale entre torréfacteurs, producteurs de machines à espresso et producteurs de machines à dosettes. Ces dernières années, il a imposé à l’échelon mondial le standard E.S.E. comme étant le « seul standard industriel ouvert » grâce aux caractéristiques techniques qui rendent chaque dosette à usage unique de café en papier E.S.E. compatible avec toutes les machines à espresso E.S.E.

Depuis quelques années, il est le seul compartiment du secteur alimentaire qui enregistre des croissances annuelles à deux chiffres, tant en valeur qu’en volume, tant pour les torréfacteurs que pour les producteurs de machines à espresso. L’intérêt à l’égard du système E.S.E. s’est récemment renforcé grâce à l’adhésion au Consortium des colosses que sont la japonaise Uechima Coffee Company pour la torréfation et l’américaine KitchenAid pour la production de machines à espresso.
Le système E.S.E. est représenté à l’intérieur du Consortium par les principaux torréfacteurs internationaux et par les producteurs les plus importants de machines à espresso. Un groupe résolument très dense d’entreprises en libre concurrence sur le marché, unies par la volonté d’affirmer que les produits de la marque E.S.E. peuvent compléter la gamme très vaste d’offre présente sur le marché des systèmes de dosettes de café.

Pour de plus amples informations:
Paola Redaelli – redaelli@eseconsortium.com / paola.redaelli@cohnwolfe.com
Tél. +39+2+20239.1 – +39+3497665892
E.S.E. Consortium c/o Cohn & Wolfe
Via Benedetto Marcello, 63 – 20124 Milano


(*) Le Consortium promeut un système de préparation de l’espresso appelé justement système E.S.E., qui utilise les dosettes à usage unique autrement dit des doses de café compressé entre deux feuilles de papier filtre. Le Consortium E.S.E. réunit 13 parmi les principales entreprises impliquées dans le compartiment du café espresso.
CAFES RICHARD (°) – DE LONGHI (+) – GROUPE SEB (+) – HANDPRESSO (+) – I.C.A.(•) ILLYCAFFE’ (°) – KITCHENAID (+) – KRAFT FOODS EUROPE (°) – LAVAZZA (°) – NESTLE’ HELLAS (°) – PHILIPS SAECO (+) – SARA LEE (°) – UESHIMA COFFEE CO. (°)
(+) machines à café espresso (°) torréfacteurs (•) machines à dosettes